L’Islam & l’éthos de La science

Par: Pr Idriss  kharchaf[1]

Introduction

Selon les scientifiques du domaine de l’expérimentation, notre savoir scientifique commence forcément à partir de questions concrètes et subjectives qu’on est, en fin de compte, amené à présenter de façon adéquate.

Néanmoins, toute personne ayant suivi de près les découvertes et les résultats  des écrits  scientifiques y verra de temps à autre le reflet des soucis matériels de l’homme ainsi que la quête d’une vie plus noble pour un lendemain meilleur ;Cependant les soucis du chercheur l’ont conduit à poser plusieurs questions dont celle d’une éventuelle possibilité de jumelage de l’esprit et de la science tout en renonçant à toute  idéologie pouvant compromettre la réalisation de ce projet , surtout que l’on a tendance à considérer ce siècle comme ¨ le siècle de la rationalisation de la  raison¨.  Cette idée représente l’essentiel du sujet de notre recherche.

Il est nécessaire –pour en discuter- de se débarrasser de tout ce qui pourrait créer une confusion au niveau de la pensée humaine ; en outre, il faudrait libérer l’esprit afin qu’il évolue, dans un espace pur.

La matière et l’esprit :

Le sujet de jumelage de la matière et de l’esprit est parmi les questions essentielles de notre époque, car c’est Lui qui délimitera l’avenir de la marche humaine.

A cet égard,on remarque que cette problématique ne s’adresse pas uniquement aux théologiens ,mais aussi aux penseurs ,aux hommes de laboratoire et à tous ceux qui évoluent dans ce milieu où concepts et termes se transforment .Ainsi, malgré l’unicité de l’origine de la science,celle-ci  présente deux aspects :

       1/ l’aspect scientifique purement matériel qui se fonde sur l’observation, l’expérience et enfin l’étude des résultats et la reprise de la même opération à l’aide de divers moyens afin d’élaborer de nouvelles théories. Ce procédé pourrait connaître un succès durable et accéder ainsi à ce qu’on appelle la ¨ vérité scientifique ¨, car la science est le moyen permettant la commission de n’importe quelle vérité, entre autres la vérité du culte musulman, envisagée aussi bien horizontalement que verticalement. Mais la même vérité scientifique peut être défaillante ,ce fut le cas pour beaucoup de scientifiques - depuis le grec Ptolémée- jusqu’à Einstein, en passant par Newton –dont les concepts pratiques ne concordent pas avec la science et encore moins des références .

       2/ La deuxième méthode fait objet de glorification. Elle consiste à soumettre la 1ère  méthode à une loi générale et globale puisant ses directives du créateur de cet univers, il en résulte un bien être intérieur et une  crainte que le savant entretient  envers DIEU durant ses recherches ,et ce conformément   à la parole divine

           ¨ Rien d’autres : craignent DIEU parmi ses esclaves ceux qui savent¨

       Cette méthode, malgré son échec dans sa première étape -parce qu’elle n’est pas bien cernée par le chercheur et n’est pas conforme à ses capacités- sera bâtie sur une base solide lui assurant continuité et déduction dans les résultats à travers le temps, et deviendra de ce fait une vérité scientifique.

Là réside notre divergence avec de nombreux penseurs occidentaux qui préconisent l’idée d’isoler le côté spirituel du laboratoire, parce que, selon eux, le problème doit être envisagé librement et sans contraintes, pour le ¨bien de l’humanité ¨. Mais, à suivre leurs démarches dans les laboratoires, on y trouve des banques de spermatozoïdes, des ovules fécondés ainsi que la greffe d’organes d’animaux tels que porcs, singes, chiens…..sur le corps humain .A la fin du parcours, on se retrouve dans un milieu où règne un désordre insoluble et illimité si on ne fait pas intervenir le facteur éthique.C’est pour cela qu’on trouve dans les préceptes cléments de l’Islam, ce discours, qui fait de la science un moyen qui œuvre pour le bonheur et l’élévation du mérite de l’individu, et de sa dignité.

           ¨ Dieu élèvera en grandes parmi vous, ceux qui croient et ceux à qui science a été apportée   ( LVIII-11)

C’est pour cela que l’Islam s’est beaucoup intéressé à l’abolition de tout obstacle entravant la voie de la raison, et ce, grâce à la jurisprudence (الاجتهاد (.Par ailleurs, l’Islam accorde à la raison :

     a : le statut de la responsabilité :

      ¨  Vous êtes tous gouvernants et tout gouvernant est responsable de ses gouvernés

      b : l’outil de la distinction entre le vrai et le faux

              ¨Ce qui est permis est clair et ce qui est proscrit de même ¨

      c : l’outil de la différenciation  biologique de l’homme des autres créatures.

« Et Nous avons anobli les fils d’Adam et leur avons procuré sur terre comme sur mer » . ( Le voyage nocturne-70).

        d : l’outil du commandement dans la vie

       ¨ Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir  pour les hommes¨     ( III-110)   

        e : L’outil de la conduite au chemin du salut et par là même au paradis .

Ceux q’ont cru et fait œuvres bonnes et  établi l’office et acquitté l’impôt, leur  récompense à eux est après de leur Seigneur¨ (II-277)

        f : L’outil du progrès car les musulmans bienfaits  ont laissé un énorme patrimoine concernant les sciences théoriques et expérimentales ,héritage pour lequel le nombre entier leur est reconnaissant .   

        g : L’outil  de civilisation : les musulmans ont réussi à instaurer un climat de sérénité,de paix et de justice sociale et de bien-être partout où ils ont régné,ils ont bâti un état islamique en orient dans un temps record,lequel état s’est étendu jusqu’en occident et a engendré un progrès irréfutable .

       On remarque en parallèle que les commandements divins relatifs à la connaissance humaine de l’univers et par là même la connaissance du créateur, se sont succédés de manière progressive. En effet, ils ont d’abord invité l’homme à une lecture de l’univers (astres, étoiles, lune,…) puis lui ont fourni des pistes concernant la genèse de l’univers (cosmogonie).Il est une vérité comme témoignage par de nombreux astronomes contemporains ;entre autres Benz Benes et Wilson à qui on a décerné le prix Nobel(1978) pour leur découverte à propos de l’ampleur de l’explosion de l’univers(Big Bang).Celle-ci était sous forme de « rayon universel » englobant et comportant toutes les parties de l’univers. Les traces de la fumée initiale de cette explosion ont été repérées grâce au satellite (KOB) en Avril 1992.De plus, le journal anglais « Indépendant » a publié un article du chercheur (1-5-92, B.M.O.I Hy), article dans lequel il a présenté en guise de témoignage le verset coranique.

«  Ceux qui mécroient n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre étaient  bel et bien cousus ? Ensuite Nous les avons dégagés tous deux » ( Prophètes-30)

   En outre , l’état  de dilatation que connaît actuellement  l’univers est considéré comme la conséquence du Big Bang étant donné que les débris de l’univers se sont éparpillés et se sont éloignés les uns des autres (ainsi que l’affirment les mesures de translation vers la mer rouge).Or on trouve toutes ces vérités dans le saint livre(Le Coran) révélé depuis 15 siècles environ à notre prophète(Que Dieu Lui accorde la bénédiction et la paix) dans un style simple et facile et ce,conformément au contenu du verset coranique

« oui, Nous avons facilité la compréhension du Coran en vue du rappel. Y a il quelqu’un pour s’en souvenir ? »

   En effet, outre la rhétorique rare qui y est utilisée,il est d’un style simple à assimiler et accessible à toutes les couches sociales.

Ainsi, on remarque que les commandements de l’Islam sont venus à une époque où l’homme méconnaissait les transformations physiques, microbiologiques, ou mathématiques qui avaient lieu autour de lui, ainsi beaucoup d’autres connaissances.

Plus encore, l’époque du début de la révélation du Coran, est réputée par la dominance de la violence et des intérêts tribaux ainsi que par l’ignorance générale des choses les plus élémentaires et ce en orient aussi bien qu’en occident, où l’on vivait dans les ténèbres de l’ignorance la plus complète.

A cet égard, il faudrait préciser que les arabes de la gentilité et ceux des pays chrétiens avaient tendance à croire facilement aux superstitions car leurs facultés rationnelles étaient incapables d’analyser les phénomènes naturels et de les relier aux causes qui leur ont donné naissance.

Quant à la philosophie et à la recherche scientifique, elle n’existaient pas chez les arabes d’avant l’Islam. Et quand eut lieu l’avènement de l’Islam et de ses préceptes éléments,les musulmans purent enfin tracer la voie du développement selon le programme divin suivant :

       1/ L’explication des phénomènes universels ne peut se faire qu’à l’aide des trois outils : l’ouïe, la vision et l’esprit conformément à la parole du tout transcendant 

« L’ouïe, la vue et le cœur, sur tout cela en vérité sera interrogé »

      On constate d’après ce saint verset que l’Islam s’est beaucoup intéressé à la raison et à son rôle précurseur dans l’engendrement des changements spatiotemporels de la meilleure façon qui soit ;C’est ce qu’on appelle aujourd’hui la méthode audio-visuelle ;d’ailleurs ces outils constituent une des conditions dont l’homme doit tenir compte et qu’il doit réellement exploiter  sur le terrain.

       2/ La recherche et l’exploitation ne peuvent avoir lieu -en  tout domaine – que s’il y a un labeur sérieux et fructueux et ce, quelle que soit sa nature,autrement dit,qu’il soit relatif.

         2 :a : Aux cieux,c’est- à- dire visant la connaissance de la formation des astres,celle des galaxies et celle de la poussière interstellaire,selon les critères  du Seigneur des mondes :

« Peuples des djinns et des hommes !si vous pouvez pénétrer hors les flancs  des cieux et de la terre,alors pénétrez »

         2 :b : à la terre ,et ce par l’exploration des secrets de l’existence,de l’homme ,et des êtres vivants. C’est la science qu’on connaît aujourd’hui sous le nom de paléontologie

«  Dis, voyagez dans la terre :puis regardez comme il a commencé la création »

         2 :c : au corps humain qui,du fait qu’il est une copie de l’univers en miniature,représente une initiation à la microbiologie

  « Et en vous-même, ne le voyez pas ? »

         3/ – Le tout puissant nous rappelle notre condition dans cet univers :   quelles que soient les connaissances dont l’homme dispose, ce n’est pas suffisant. Le Seigneur tout puissant dit à ce sujet

   «  Et on ne vous a apporté que peu de science »

Propos que le messager du droit chemin, notre éducateur Mohammed (Que Dieu lui accorde la bénédiction et la paix) explicite à l’aide des deux phrases suivantes

        ¨ La sagesse est l’objectif du croyant ¨

Puis, assez répondue dans la culture musulmane, cette citation d’un sage musulman : ¨ soyez à la quête du savoir depuis votre naissance jusqu’à votre mort ¨.Cela montre de façon claire l’encouragement de l’Islam pour la science, comme cela nous montre que la personne musulmane dans sa quête vers le savoir ne doit pas se contenter de ce qui l’entoure mais qu’elle se doit d’accourir à toutes les sources de la culture et du savoir quel que soit leur type ou la distance qui nous en sépare.

         4/ – Il faut que l’homme se rappelle que quelles que soient les sources mises  à la disposition de son esprit,seul DIEU peut le doter du savoir bienfaisant et sûr car seul le Vrai,le Tout pur,connaît les secrets de la genèse de l’univers . Seul Lui sait comment Il a fait des astres des guirlandes célestes, conformément à Sa parole  divine

«Craignez DIEU et DIEU vous apprendra » ( la vache- 282) 

        5/- D’après ce qu’on vient de citer on peut conclure que DIEU le Tout Pur est celui qui apprend à ses sujets,qu’Il est le savant, que personne à part Lui ne détient le savoir,et ce conformément  à sa  parole :

« Au dessus de chaque savant, il est un grand savant » ( VII-76)

«  Et ceux à qui science a été donnée voient que ce qu’on t’a fait descendre de la part de ton Seigneur »(XXXIV-6) 

   Le fruit de cette croyance en ces divers préceptes a été l’émersion d’un certain nombre de musulmans qui ont acquis une renommée dans différents domaines de la connaissance, ils ne limitèrent point leurs travaux de recherche à la traduction des connaissances de nations anciennes telles que les hindous, les persans et les grecs, mais ils étudièrent également ces sciences et en rectifièrent les erreurs. Nous citons à titre d’exemple,le savant musulman El Battani qui,procéda à la rectification des théories grecques et hindoues à propos du mouvement de la lune et d’autres astres mobiles. En outre Al Baïrouni a réfuté la théorie de Ptolémée qui affirmait que la terre était le centre de l’univers et que le soleil n’était qu’un astre qui tournait autour d’elle.

Tout cela grâce au sein Coran qui a fourni des pistes à cet égard et ce dans le verset coranique suivant :

  « Il ne faut ni que le soleil rattrape la lune, ni que la nuit devance le jour, et chacun nage dans un orbite » (XXXVI-40)

   Il nous est possible de prendre appui sur les propos du chercheur et astrologue occidental Sedillot, concernant les astrologues musulmans : (Le remplacement du sinus par l’hypoténuse, l’utilisation des tangentes pour la résolution des problèmes du calcul trigonométrique, l’application de l’algèbre à la géométrie et la découverte de la solution des équations du 3° degré, tout cela est considéré comme un des plus grands exploits du cerveau humain dans le domaine des mathématiques.

Aussi l’Islam a-t-il toujours refusé l’initiation et la sujétion intellectuelle ; d’ailleurs on le constate au verset coranique citant la réponse des mécréants lorsqu’ils quittèrent le prophète –Que Dieu Lui accorde la bénédiction et la paix-

« Nous avons trouvé nos ancêtres sur un chemin :nous nous guidons sur leurs traces » (XLIII – 23)

Or c’est justement cette attitude de suivisme primant dans notre vécu quotidien qui a inhibé l’esprit du musulman et en a fait un esprit ,or c’est justement cette attitude de suivisme primant dans notre vécu quotidien qui a inhibé l’esprit  du musulman et en a fait un esprit isolé,dépourvu du rôle  de précurseur qu’il accomplissait en matière de guidage et de découvertes.

En effet,lorsque les musulmans brandissaient d’une main le Coran et de l’autre la plume, ils ont édifié la gloire de la nation musulmane ;la vie terrestre n’avait pas pu les imprégner ,au contraire,leur souci majeur était d’établir un savoir au service de la foi et de l’humanité ;autrement dit,les connaissances acquièrent sous l’égide du saint Coran et de la sainte tradition du prophète,un aspect totalement différent de celui dont elles se revêtent dans les dictionnaires matérialistes de l’homme ,aussi bien sur le plan humain que métaphysique.

Finalement la méthode islamique repose sur une conception claire et globale du savoir. En effet, elle rejette les courants du scepticisme absolu et affirme en contrepartie l’existence de connaissance qui ont trait à la foi et auxquelles le croyant est cessé croire d’une foi spontanée ou par un raisonnement déductif.

Pour ce qui est des autres aspects relatifs à la dynamique du monde matériel tel que l’astronomie et la microbiologie, l’Islam ne les considère point facultatifs mais juge la recherche dans ces domaines comme devoir obligatoire ; mieux encore,il exige que l’on recourre à tous les sens pour instaurer une structure scientifique éternellement valable.

La méthodologie islamique et la science

La pensée islamique fondée sur la croyance en DIEU  et la tradition de son envoyé,l’Elu,est le plus précieux trésor qu’aurait possédé tout individu,du fait que c’est cette pensée qui éclaire le chemin à tout chercheur honnête dont les talents avaient été préalablement affinés.

Les données islamiques qui figurent dans le Coran Sacré et dans le tradition du prophète - Que Dieu Lui accorde la bénédiction et la paix- se distinguent par leur caractère perpétuel, tout en venant par faire les composantes de la vie dans ses fondements de base n’ayant aucune obéissance aux facteurs spatio-temporels.

Il est donc temps pour les fils de la nation islamique de chercher la solution radicale aux problèmes de l’humanité, en vue de la création d’une société intègre et chaste, loin de toute démesure et qui tient ardemment à l’application de la loi divine dans ses laboratoires, ses hôpitaux, ses champs ; dont les commandements profiteront à l’humanité étendant à tous prospérité et progrès.

Le Coran et les lectures rationnelles :   

En procédant à une étude minutieuse du CORAN sacré, nous remarquons qu’il nous invite à une lecture réfléchie et approfondie de l’univers et de ses lois.

Et nous croyons que la jeunesse musulmane du XX siècle, espoir de l’avenir, a pressement besoin de programmes clairs et opérants qui lui permettront une nouvelle lecture du livre sacré. Lecture dont Allah,le glorieux et le Très haut  a établi les règles et dicté les conditions fondamentales parmi lesquelles nous citons :

     1-     Une lecture claire et éloquente

        « Et récite avec soin le Coran »          (LXXIII-4)

     2 - Une lecture approfondie

             « C’est Lui qui créa les cieux et la terre en six jours » (XI-7)

     3 - Une lecture scientifique :

    « Le soleil ne saurait rattraper la lune, ni la nuit devancer le jour.  Et sont tous à voguer dans leur orbité »  (XXXVI-40)

    4-     Une lecture argumentative :

  « Dis leur : apportez votre preuve, si vous prétendez avoir raison » (II-111)

    5-     Une lecture responsable :

   «  Vous ordonnez aux autres de faire du bien sans vous l’ordonner vous-mêmes, alors que vous lisez le livre saint » (II-44)

     6 – Une lecture déductive :

« Et lorsqu’il vit poindre le soleil, il se dit voici mon DIEU, Celui-ci est plus grand. Mais dès qu’il se coucha, il dit :je dégage ma responsabilité quant à votre idolâtrie »     (VI-78)

     Ainsi quiconque étudie le Coran, ne manquera pas de s’apercevoir au fond de lui –même de l’importance de ce livre divin et de son aptitude à englober tous les domaines de la connaissance.

       « Nous n’avons rien négligé dans le livre » (VI-38)

    Et si Allah –Gloire à Lui – a employé le terme « Adorer » dans plusieurs versets comme dans :

           « Je n’ai créé le Djinn et l’homme que pour qu’ils  m’adorent »   (LI – 56)

   C’est que cette adoration ne se limite pas uniquement à la pratique des rites fondamentaux de l’Islam, en l’occurrence la prière, la Zakat et le pèlerinage à la Mecque.

Mais il y ajoute :

         « Je n’attends aucun don de leur part, je ne désire pas qu’ils me nourrissent » ( LI-57)

      « Et espère par ce dont Allah t’a gratifié, l’Au-delà mais n’oublie pas ta part de l’’Ici-bas » (LXXVII-28)

      « Dis : Parcourez la terre et cherchez à savoir comment Il a commencé la création » (XXIX-20)

Ainsi on voit que tout musulman qui observe les prérogatives d’Allah, aussi bien dans sa conduite morale que dans toutes ses activités, matérielles soient-elles ou spirituelles ,sera un dévot soumis aux ordres d’Allah.

A partir de tout cela et avec l’appui du Maître de l’Univers,nous voudrions ,à travers cette étude , nous arrêter sur les hauteurs du terrain coranique ,pour examiner la méthodologie ,aussi bien dans le domaine de l’enseignement que dans celui de la recherche scientifique.

Dans cette étude,nous allons essayer d’exposer certaines notions comme le terme  « Science », et la signification de la recherche scientifique islamique.

Le discours sur cet aspect actif nous mène à parler de l’école islamique vue comme étant le guide sociologique.

Tout chercheur croyant,plein de zèle et dévoué pour sa patrie,est certes convaincu du rôle de l’école islamique d’être,selon lui,le milieu élu où les hommes de demain puisent leur énergie qui,à son tour sera à l’énergie  du développement de la société humaine.

C’est en effet une vérité évidente, n’ayant nul besoin de preuve pour être accréditée. Au contraire, elle est ressentie par la conscience, admise par la raison et prouvée par l’expérience de la réalité vécue.

      La science à la lumière du CORAN:

A travers une lecture réfléchie du Coran,nous trouvons plusieurs versets moulés sur un vénérable terme , dans le discours divin qui dit :

      « Allah procède à la promotion à un rang supérieur des croyants parmi vous et les détenteurs de la raison »  (LVIII-11)

    «  Dis : Mon Seigneur !fais-je croître en science » (XX – 114)

Puis Il ajoute :

    « Interrogez les gens auxquels le Rappel a été adressé si vous ne le savez pas ! (XVI- 43)

   Ce sont là quelques exemples parmi tant d’autres qui,d’une manière ou d’une autre,exaltent la science et le savoir ainsi que leurs détenteurs.

Les exemples viennent d’une part ménage les affaires des hommes et celles des institutions sociales par ce qu’il faut en matière de formation sage et de comportement de qualité du groupe social ;d’autre part,ils viennent englober l’idée de perfection des sciences modernes dans toutes  leurs sources suivant la large perspective islamique qui obéit à une méthodologie droite ne débordant point du cadre de la révélation.

Il y a certaines idées et significations que le terme « Science » appelle à l’esprit de l’auditeur.

La première idée qui vient à l’esprit est celle de délimiter la signification du mot « science »,ainsi que l’attitude de la religion islamique à son égard.

A ce propos,nous avançons que la science est d’une part considérée comme l’un des piliers de base pour le lancement de tout progrès en domaine de civilisation ;d’autre part,elle est considérée comme le moyen par lequel l’homme se connaît lui-même et arrive à déterminer sa place a u sein de l’univers.

La science joue un rôle primordial dans la structuration et l’encadrement des forces vives dotées de capacités supérieures qui permettent de réaliser des projets scientifiques au service de l’homme moderne, sans la science ,aucune nation ne pourra  avoir sa place dans le registre de l’histoire,car l’éternité d’une nation tout au long de l’histoire est en rapport avec ses efforts,avec l’élaboration de ses idées,de ses théories par lesquelles elle finira par transformer les concepts et les méthodes en vérités scientifiques dont profiteront à la fois l’individu,la famille et la nation.

Quelle est donc la vision globale de la science à la lumière du Coran ?

L’examen attentif de la plupart des versets coraniques universels relatifs à la science et son étude en vue d’en déduire  l’orientation coranique révèle la vue globalisante de la science ,sa nature,et sa méthode surtout la science naturelle.

Ainsi, une telle étude vise à répondre aux questions suivantes :

1- Quel est le concept de la science,sa nature et ses propriétés à la lumière des directives coraniques de la science ?

2- Quelles démarches  pourraient-elles représenter la méthode scientifique pour penser à la lumière des directives coraniques de la science ?

3-  Jusqu’à quel point la vision religieuse pourrait-elle être une  vision globale du concept de la science et sa méthode comparativement à la vision matérialiste de la science ?

4- Quelles sont les implications et quels sont les moyens nécessaires pour exécuter et appliquer la vision globale de la science à la lumière des directives coraniques dans la société musulmane dans le but de faire progresser la science ?

Peut-être, toutes ces questions éclaireraient –elles la vue globale de la science qui pourrait être plus globale que la vision matérialiste.

Cette dernière  optique reconnaît l’existence d’un créateur suprême de l’univers  qu’il gère et organise. Elle prend en considération l’importance de l’homme et sa dignité,et l’importance des valeurs,des idéaux spirituelles et psychologiques.

   Premièrement : le concept de science dans le Saint Coran

A étudier les nombreux versets sur le concept de science et surtout les sciences naturelles et cosmiques dont à titre d’exemple et non exhaustivement :

  « Dieu est la lumière des cieux et de la terre (XXIV-35)       

  « Dis : voyagez de par le monde, et regardez ce qu’il est   advenu de ceux qui criaient au mensonge (VI-11)

  « Ô, mon Seigneur, fais-moi croître en science »(XX-114)

   Il apparaît que :

1- le concept de science dans le sens général est une clarté et un esprit de nature divine dont DIEU inspire ses sujets fidèles,les savants qui pensent au royaume des cieux et de la terre,à eux-mêmes et à tous les domaines de la vie.

Il les inspire par la quantité qu’Il veut que les savants sachent et seulement ceci,car ils ne savent de sa science que ce qu’il veut.

2- Le concept de science naturelle pourrait  être déduit de cette définition générale de la science mais à la lumière du Coran.

C’est la science qui se spécialise dans la réflexion dans l’univers en vue de saisir le suprématie de DIEU et de participer au progrès de la société.

3- Le concept de science dans le CORAN ne prohibe l’étude d’aucun domaine de la connaissance et d’aucun aspect de l’univers à condition que cette étude soit faite pour montrer que DIEU le Transcendantal est le Vrai en accord aux paroles de DIEU :

    « Nous leur montrerons bientôt nos signes dans les horizons  et eux-mêmes jusqu’à ce qu’ils voient clairement que ceci est la vérité ». (XLI-53)

4- L’étude et la recherche dans l’univers exige une méthode scientifique pour penser et contempler et cela se manifeste dans les nombreux versets qui en témoignent.

Deuxièmement :la méthode  scientifique  de  la pensée dans le saint  CORAN

        En procédant à une étude minutieuse des versets coraniques relatifs à la pensée et à la contemplation, il apparaît que DIEU incite à méditer,à penser et à raisonner.

Parmi ces versets figurent ceux qui commencent par des ordres tels :

-                                               « n’ont-ils pas vu ?

-                                               « Ne vois-tu pas ?

Ainsi que d’autres versets qui signifient l’incitation à réfléchir et à méditer au point que certains penseurs et chercheurs musulmans trouvent que DIEU le  Miséricordieux en insistant sur la pensée,insiste presque sur le fait que la pensée est une obligation musulmane.

En plus  ,lorsque DIEU -le tout puissant-nous dit :

   « N’ont-ils pas vu qu’Allah qui créa les cieux et la terre sans nul effort est bien capable de ressusciter les morts ? » (XL-33)

La révélation a de la sorte établi un lien « R » entre les principaux sens(l’ouie,la vue ,la raison)et le vaste empire universel. C’est là une allusion à l’analyse des accumulations de la connaissance et son rattachement à ce qui est saisissable par l’esprit grâce auquel l’homme se rapproche davantage de la vérité. A ce propos,le Prophète Mohammed,maître de l’humanité ,que DIEU lui accorde la bénédiction et la paix,dit :

  « En cherchant à avoir plus d’esprit,tu te rapproches davantage de ton DIEU »               

   Abou Dardaa - qu’Allah soit satisfait de lui- demanda : Ô envoyé d’Allah ! j’aurai sacrifié mes parents pour toi - comment pourrait-je faire cela ?   

Le prophète –que Dieu lui Accorde la bénédiction et la paix- répondit :

« Évite ce qu’Allah a prohibé, et exécute ses ordres, tu seras un homme plein d’esprit et de sagesse ; et fais le bien, tu gagneras plus de grandeur et d’estime dans d’ici-bas, et dans l’au-delà,ton  DIEU le tout Puissant t’accordera honneur et rapprochement » 

      On exagère souvent à employer le terme « science »,car la science est la perception des universaux,ou plutôt dans son sens analytique,c’est une résultante de plusieurs constituants ou orientations schématisés dont on distingue ce qui relève de la vie terrestre de ce qui est du ressort de l’au-delà.

     Premièrement : Les sciences qui relèvent de l’ici-bas : elles englobent :

      I :a *Les    sciences fondamentales :

               Mathématiques, physique, chimie, sciences naturelles

             * certaines sciences coraniques concrètes(notre propos)

     I-b : Les sciences humaines : l’histoire, la géographie ,la sociologie,la philosophie,l’économie et certaines sciences coraniques liées à ces sujets.

         I-C :  Les sciences liées au Fiqh : la prière,les autres piliers de l’Islam,le mariage,l’héritage,les différentes relations entre les gens,la connaissance du monde visible et du monde invisible.

          I-D  :   La futurologie :est une question à double aspect :

         I-D :1 –la zone limitée de l’esprit ,il s’agit là d’une zone où l’homme peut agir dans le cadre d’un système rationnel expérimental qui sera à portée de ses preuves concrètes et fera partie du cercle de ses assimilations chaque fois qu’il persévère et fournit des efforts.               

   A titre d’exemple, nous citons :

      a- la démographie

      b- la courbe des natalités et des mortalités

      c- certaines sciences coraniques liées à ces sciences

      d- la climatologie

      e- la surveillance de l’évolution du fœtus et le diagnostic des maladies héréditaires qu’il est susceptible de porter en lui.

        I-D :2 La zone complémentaire de la zone limitée de l’esprit :

             C’est une zone dont l’équation ne peut être saisie par l’esprit et par conséquent à laquelle il ne peut commander du fait qu’elle relève de la croyance en DIEU, Maître de l’univers et de la résignation à Lui.

Cette zone se distingue par sa nature d’être hors du cercle cognitif de l’homme,y figurent les sciences suivantes :

          a : la connaissance du moment  ou aura lieu la fin du monde(l’Heure)

          b :  le fait de faire descende la pluie.

          c : la connaissance du fœtus avant sa naissance(je ne parle pas du sexe du fœtus).

         d : la programmation et la connaissance  précise des ressources de l’homme durant toute sa vie,tant au niveau individuel qu’au niveau du groupe.

           e : la connaissance du moment et de l’endroit où prend fin la vie  de l’homme.

           f :  la question de la fatalité et du destin.

    Deuxièmement :  Les sciences qui relèvent de l’au-delà

                        Ce sont des sciences qui appartiennent à la zone de la croyance,fondement même de la religion musulmane .

     Nous en citons :

            A : La science concernant l’univers des anges.

            B : La vie dans la tombe

            C: Le compte-rendu des actes devant DIEU,et la sanction qui en découle.

            D : Le paradis et l’enfer .

            E :  Le pont jeté sur les abîmes de l’enfer

            F :  Le jour du jugement dernier .

    C’est ainsi qu’il faudra se méfier quant à l’emploi du terme »science » qui englobe tout ce qu’on vient de citer plus haut,et le remplacer plutôt par « sciences ou connaissances » .Nous aurons,de la sorte ,déterminé les  galons qui nous guident , tout en percevant notre limite d’être humain dans le cadre du système que constitue l’univers.

  1. Professeur de mathématiques à l'université Mohammed V et président de la commission internationale des miracles scientifiques dans le Coran et la Sounnah au Maroc.