Le Mouvement est une Notion Relative

Par le  : Hassan Youssef Shehab Addine

Professeur  de Physique

Comment on étudie le mouvement des corps qui nous entourent ?

Quand on regarde toutes les choses qui nous entourent (montagnes, maisons, voitures, avions, routes, chaises, vélos, etc…), on constate qu’il y a parmi elles celles qui sont immobiles tandis que les autres bougent ; alors sur quoi on se base pour prendre une telle décision ?

Et pourquoi juge-t-on que le mur est immobile alors que la voiture est mobile ?

Et qu’elle est la différence entre le siège sur lequel on est assis et celui sur lequel s’assoit notre ami sur son vélo ?

Quand on réfléchie sur l’état d’un corps mobile et de celui d’un corps immobile, on sait qu’on étudie, chaque fois et d’un coup d’œil rapide, la distance qui nous sépare de n’importe quel autre corps. Alors si on trouve que cette distance change avec le temps, on dit que ce corps est mobile ; et si on trouve que cette distance reste constante et ne varie pas avec le temps, alors on dit que le corps est immobile et qu’il ne change pas de place.

Un corps peut être à la fois mobile et immobile ; il est immobile par rapport à un corps et mobile par rapport à un autre, c’est pourquoi, il est nécessaire de choisir un référentiel par rapport auquel le mouvement d’un corps puisse être déterminé. Par exemple, une personne se trouvant dans un lieu donné sur la terre peut être considéré comme étant immobile par rapport à un ensemble d’axes liés à la terre. Cette même personne peut être considérée comme mobile par rapport à un autre ensemble d’axes liés au soleil. Souvent, l’ensemble de comparaison est mobile qu’il soit lié à la terre ou au soleil, car la terre tourne autour du soleil, et le soleil est mobile par rapport aux étoiles qui sont considérées comme étant fixes. C’est pour cela que nous étudions des mouvements relatifs et non absolus.

Ainsi, on dit qu’un point matériel est mobile par rapport à un autre point matériel si sa distance par apport à ce point varie avec le temps.

De cette introduction simple est née l’idée d’examiner le corps étudié et l’observateur (le chercheur) :

- Soit qu’il est au sein de l’ensemble étudié, à ce moment il est considéré comme étant un observateur interne, et physiquement il est appelé “D’Alambert

- Soit qu’il est à l’extérieur de l’ensemble étudié (loin de lui), dans ce cas il est considéré comme étant un observateur externe, et physiquement il est appelé “Newton”.

Quelques exemples cités dans le Saint Coran :

(1)   L’observateur interne (d’Alembert) : la terre étendue.

Le Très Haut Dieu a dit :

Et c'est Lui qui a étendu la terre et y a placé montagnes…” Ar-Raad (Le Tonnerre) (S 13 ; V 3)

Et quant à la terre, Nous l'avons étalée et y avons placé des montagnes ...” Al-Hijr ( S15 ; V 19)

Le Saint Coran et la science ont prouvé que la terre est sans aucun doute sphérique ; et c’est une vérité qui n’admet plus de discussion. Mais quelle est l’explication scientifique des versets qui disent que la terre est étalée et étendue.

C’est ce que le Professeur Ferasse Nour Al Hakke a expliqué dans son article « la sphéricité de la terre » (Article en Arabe) en disant :

Comment la terre pourrait-elle être étendue ? Et quelle est la signification de ceci ?

Ceci veut dire qu’on a la facilité de se déplacer sur sa surface, elle va être étendue devant nous, elle ne va pas se terminer par un obstacle, ou par une fosse infinie devant laquelle on va rester impuissant.

Beaucoup d’exégètes et d’ulémas islamiques ont signalé que la terre est sphérique en se basant sur ce qu’ils ont compris en étudiant le livre sacré du Très Haut Dieu.

Les imams de l’islam ont mis le point sur cette vérité depuis fort longtemps ; en effet al imam Ibn Al Kayme El Jawziya a fait allusion dans son livre intitulé « Démonstration dans les parties du Coran » (Attibyan li Aqssami Alqor’an) la sphéricité de la terre.

Al imam Fakhre Arrazi a également indiqué, dans son interprétation « les clés du réel imperceptible », la sphéricité de la terre, ainsi il a dit :

“Etaler la terre c’est l’étendre vers l’infini ; et Le Très Haut Dieu a fait que le volume de la terre soit énorme de façon à ce que la vue ne peut apercevoir sa limite. Si un ballon était infinement grand, alors chaque partie de ce ballon serait aperçu comme une surface uniformément étalée”. De ces expressions, on s’aperçoit que Imam Fakhre Arrazi a compris le vrai sens de l’observateur interne pour l’ensemble étudié “la terre” ; il a compris qu’il se trouve sur la surface de la terre, et que cette surface située sur le périmètre de la terre ne constitue en fait qu’une petite portion d’elle, et cette portion est appelé mathématiquement (une quantité préférentielle) et en complémentant cette quantité (la petite surface) on obtient toute la surface de la terre. Du point de vue de cet observateur, la terre est dans ce cas immobile.

Ibn Taymiya a également attiré l’attention sur ce point dans son livre intitulé “La réponse juste à ceux qui ont changé la religion du Christ » (Aljawab Assahih Liman Baddala Dina Almasih) ; il a dit “Sachez que tout le monde s’est mis d’accord sur la sphéricité de la terre, et que rien ne se trouve au dessous de la surface de la terre à l’exception de son centre qui s’appelle le périmètre de gravitation”.

Il a ainsi compris que la terre est sphérique et que le fait que tout le monde s’est mis d’accord sur sa sphéricité est due à son observation de loin. Pour lui l’observation n’était pas visuelle mais elle a été en se référant aux arguments coraniques et à l’intuition par comparaison avec les formes des planètes et des étoiles.

(2)   L’observateur externe (Newton), la sphéricité de la terre.

Le Très Haut Dieu a dit : “Il a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit, et Il a assujetti le soleil et la lune à poursuivre chacun sa course pour un terme fixé. C'est bien Lui le Puissant, le Grand Pardonneur !” (Az-Zumar ‘Les Groupes’ S 39 ; V 6).

Le Très Haut Dieu a dit : “Votre Seigneur, c'est Allah, qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis S'est établi “istawa” sur le Trône. Il couvre le jour de la nuit qui poursuit celui-ci sans arrêt. (Il a créé) le soleil, la lune et les étoiles, soumis à Son commandement. La création et le commandement n'appartiennent qu'à lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l'Univers!” (Al-Araf S 7 ; V 54).

Le verset est très clair. Il enroule la nuit sur le jour et le cache, et enroule le jour sur la nuit et la cache. Et entre leur couvrement l’un sur l’autre, on voit un volume sphérique qui se dégringole entre eux, les rassemblent et les enroulent l’un sur l’autre. Ce volume est la terre.

Imaginons que nous sommes dans la région où il fait jour, et après certaines heures la nuit va couvrir cette région ; cependant elle ne le fait pas d’une manière normale mais elle s’enroule sur lui ; c'est-à-dire qu’elle se couche d’une façon sphérique. Il est évident que la région doit être sphérique afin qu’on puisse comprendre ces paroles.

Vu que le jour et la nuit ont tous les deux des phénomènes sur la surface de la terre, alors ils ne pouvaient pas être sous une forme enroulée sauf si la terre est elle-même sphérique, de façon à ce que la moitié de la terre soit obscure et l’autre moitié soit éclairée. Si les surfaces du jour et de la nuit n’étaient pas égales, et que l’un d’eux ait l’apparence d’un film mince alors que l’autre couvre la majorité de la surface, dans ce cas aucun d’eux ne seraient sous une forme sphérique, car le film mince aurait dans ce cas une forme géométrique différente de la sphère, selon la surface qu’il occupe sur la superficie de la terre.

La sphéricité de la terre n’a été observée par l’homme que lorsque les russes ont lancé le premier satellite “Spoutnik” dans son orbite autour de la terre en Octobre 1957. Les savants ont pu ainsi obtenir des images claires de la planète terre grâce à des appareils photos qui ont été fixés sur le satellite. En 1966, le satellite “Lounike 9” a pu atterrir, avec ses appareils sophistiqués, sur la surface de la lune et a envoyé aux stations de réception sur la terre des images de la planète terre ; et ceci démontre le rôle de l’observateur qui étudie l’ensemble et ici l’observateur est externe (loin de la terre), et la terre est mobile par rapport à cet observateur.

De ce qui précède, on conclue que la terre est immobile par rapport aux créatures situées sur sa surface et mobile par rapport à un observateur loin d’elle (situé dans l’espace).

(3)   Comment le Coran a parlé de ces deux situations à la fois ?

Le Très Haut Dieu a dit : “Et tu verras les montagnes - tu les crois figées - alors qu'elles passent comme des nuages. Telle est l'œuvre d'Allah qui a tout façonné à la perfection. Il est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites !” Sourate An-Naml ‘Les Fourmis’ S27 ;V88).

En lisant ce saint verset et en voyant les montagnes immobiles devant nous, on comprend que le fait qu’on voit que les montagnes sont figées n’est pas une vérité absolues d’après la parole de Dieu : “Tu les crois figées” ; vu que c’est juste une croyance mais la réalité est tout à fait différente, car la vérité c’est que les montagnes bougent avec la terre du fait de la rotation de la terre autour de son axe ainsi que sa rotation autour du soleil. On conclue donc de ce saint verset que les hommes, les montagnes et la terre ne forme qu’une seule entité ; ainsi les corps qui nous entourent restent immobiles et ne bougent pas car il appartient à la première catégorie (observateur interne). Pour mieux illustrer ceci, prenons l’exemple d’une voiture rapide conduite par un conducteur assis sur son siège et à côté de lui est assis son ami qui lui parle et qu’il le croit immobile car la distance qui les sépare reste constante ; le conducteur, son ami et le siège sont des corps immobiles chacun par rapport à l’autre. Par contre, une personne qui se trouve sur le trottoir est consciente que la voiture ainsi que tout ce qu’elle contient bouge car la distance entre cette personne et la voiture change continuellement.

Le point de vue des premiers exégètes :

Dahbi a dit dans le Résumé des Sciences (Mokhtassar AlOloum), page 73 :

“La terre au milieu du ciel est comme une pastèque au sein d’une autre pastèque ; le ciel nous entoure de tous les côtés, et le dessous du monde est le cœur de la planète terre, c’est le centre et c’est l’extrémité du dessous.

Le dessous –et ce qui est en deçà- ne s’appelle pas un dessous ; en fait, il n’est pas un dessous mais plutôt un dessus, vu que si on suppose qu’on perce le centre –qui est le fond du monde- vers cette direction, le perçage serait alors dirigé vers le haut. Et si le perçage transperce le ciel de l’autre direction, alors il va monter vers le haut.

La démonstration de ceci est : si on suppose qu’un voyageur voyage sur la terre de son côté Est vers l’Ouest, puis continue son voyage, alors il va le continuer jusqu’à ce qu’il arrive à son point de départ ; et durant son voyage, il ne va pas quitter la terre en dessous de lui, ni le ciel en dessus de lui”.

Ibn Nafisse a dit dans son interprétation du livre intitulé commentaire de la loi de Ibn Sina, page 112 :

En essayant d’expliquer la cause pour laquelle il est impossible de voir les corps qui sont loin : “Ceci est réalisé soit que l’œil est élevé ou abaissé, mais l’œil élevé voit plus que lorsqu’il ne l’est pas. Ceci n’est pas dû à l’augmentation de son pouvoir ou de sa faculté de compréhension, mais c’est plutôt la sphéricité de la terre ; en fait ce qui est situé très loin sur la surface de la terre est caché de la vue à cause de la bosse de la terre”.

Dans l’interprétation de l’  « océan Circonférentiel » (Albahr Almohit)80/7 :

“Abou Abdellah Addardani a dit : il a été démontré par les preuves que la terre est sphérique, et ceci ne contredit pas la parole de Dieu : a étalé la terre, et ceci parce que la terre est grande. Si une sphère est très grande, une portion d’elle serait vue comme étant platte.

Imam Fakhre Edine Rhazzi a dit dans son interprétation « les clés du réel imperceptible », phrase 19, page 1, en essayant d’expliquer la parole du Très Haut Dieu : “Et c'est Lui qui étendu la terre et y a placé montagnes et fleuves. Et de chaque espèce de fruits Il y établit deux éléments de couple. Il fait que la nuit couvre le jour. Voilà bien là des preuves pour des gens qui réfléchissent” [Ar-Raad (Le Tonnerre) S13 ;V3].

Rhazzi a dit : “Etendre c’est allonger jusqu’à l’infini ; et la parole de Dieu : “Et c'est Lui qui étendu la terre”, nous fait sentir que Dieu a fait que la terre soit très grande de façon que la vue ne peut pas apercevoir sa limite ; car si la terre était plus petite que ce qu’elle l’est actuellement, elle ne serait pas complètement utile… et la sphère lorsqu’elle est très grande, chaque partie d’elle est observée comme étant plate”.

Il a également dit toujours dans son interprétation 142/21 : “Il a été démontré par les preuves que la terre est sphérique et le ciel l’entoure, et aussi certain que le soleil est dans l’univers… Il est connu que la présence d’un peuple près du soleil est impossible, en plus le soleil est plusieurs fois plus grand que la terre, alors comment est-il possible qu’il entre dans l’une des sources de la terre ? Si ceci est prouvé, alors dans ce cas on dit que : l’interprétation de la parole de Dieu : “se couchait dans une source boueuse…” serait que Zul-Qarnayn quand il a atteint le couchant du soleil et qu’au-delà il ne restait plus de bâtiments, il a trouvé comme si le soleil se couchait dans une source abîme et sombre – même si en réalité, ce n’était pas vrai- de même un voyageur dans la mer, quand il voit le coucher du soleil, il lui semble qu’il se couche dans la mer, s’il ne voit pas la rive ; et en réalité le soleil se couche derrière la mer.

De tout ceci, on comprend que le mouvement est une notion relative, alors Glorieux soit Dieu qui a envoyé le prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, à tout les humains et il lui a tout apprit et Il a fait descendre le Coran qui contient des versets et des leçons afin qu’Il nous apprenne à réfléchir et à contempler.

L’Ultime Savoir reste en main de Dieu.

Références

Le Saint Coran.

Les miracles du Coran et du Sunna : www.55a.net

La sphéricité de la terre du Professeur Ibrahim Tarabiya.

L’islam et les vérités scientifiques de Mahmoud Kacim.

Les miracles scientifiques du Saint Coran du P. Hassan Abou Aynayne.

Les clés de l’invisible, phrase 9, page 1.

Le livre de physique II pour les classes scientifiques secondaires (Le ministère de l’éducation/Syrie).

Le résumé des sciences de Imam Dahbi, page 73.

L’interprétation de l’océan atlantique 80/7.

L’explication du livre de commentaire de la loi de Ibn Sina, page 112.

Traduit par : M. Tahri