Le Vin .. Les Vices!

Par Docteur : Mohammed Nizar Addekr

Au nom d’ALLAH clément et miséricordieux,

ALLAH s’adresse  aux croyants dans le coran :  « Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez (90) Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l'inimitié et la haine, et vous détourner d'invoquer Allah et de

la Salât. Allez-vous

donc y mettre fin? » ( Al-Mâ'ida (

LA TABLE SERVIE

) :90 – 91)

ALLAH montre ici aux croyants que le vin, les jeux de  hasards, les idoles et le tirage au sort sont une abomination inventée par Satan qui désire exciter la haine et l’inimitié entre les croyants et les éloigner de la prière.

Le prophète MOHAMED, que  prière et paix soient sur lui, a dit :  «  tout ce qui est enivrant est un vin, et tout ce qui est vin est illicite. ».

Le monde est secoué par le Problème de l’alcool :

L’alcool est l’un des problèmes les plus complexes dont l’occident se plaint et cherche vainement une solution, voilà le sénateur « WILLIAM VOLBRIGHT »(1) qui affirme  à propos du problème de vin : ‘on est arrivé à la lune mais nos pieds sont encore immergés dans la boue, c’est un problème réel quand on sait que dans les états unis, il y a plus de 11 millions d’alcooliques et plus de 44 millions de buveurs ’.

Aussi, la revue anglaise « LANCET »(2) a publié un article sous le titre « l’envie d’alcool », où il dit : «  si tu as envie d’alcool, tu vas sûrement mourir par une cause. », et l’auteur rapporte que plus de 200 milles personnes meurent annuellement  en Angleterre à cause de l’alcool, et que les rapports issus des facultés royales anglaises sont tous d’accord sur le danger de l’alcool qui atteint le corps entier, d’autant plus que l’augmentation accrue des accidents routiers, la perte de travail et les accidents de violence sont dû à la consommation de l’alcool.

L’auteur affirme que la majorité des accidents mortels se produisent chez ceux qui pensent qu’ils ne boivent énormément ; selon lui, les médecins qui prétendent que l’alcool peut  être bénéfique s’il est pris à petites doses affirment un mensonge.

Selon les sources américaines (4), les pertes économiques dues à l’alcoolisme sont estimées à plus de 2 milliards de dollars annuellement dans les états unis pendant les années soixante, et d’après un rapport récent du ministère de la santé américaine publié en 1978, les pertes économiques dues à l’alcoolisme dans les divers domaines sanitaires, sociaux et industriels, sont estimés à environ 43 milliards de dollars par an, et 20 milles millions de dollars dans le domaine industriel seulement.

Cependant, la revue  (Médicine Internationale)  a cité, dans le numéro de Février 1989, que la consommation d’alcool s’est accentuée d’une façon affreuse, où elle s’est multipliée dans le Royaume Uni entre 1949 et 1979.

Rôle de l’islam dans la protection de l’humanité contre le problème de l’alcool:

A travers l’histoire, l’humanité n’a pas connu une solution aussi efficace face au  problème de l’alcoolisme et ses affreuses conséquences mieux que celle de l’Islam.

Dans le monde entier, les législateurs et les médecins ont décidé que seule l’interdiction de l’alcool peut aider à s’en délivrer, ainsi, de multiples lois sont publiées dans les ETATS-UNIS (1919) et dans d’autres pays européens interdisant la production et la vente de l’alcool ou limitant sa consommation.

De ce fait, le gouvernement américain a dépensé plus de 60 millions de dollars pour la publicité et la sensibilisation des citoyens, aussi a –t- il  publié des milliers d’articles pour mettre en exécution  cette loi de prohibition, mais tout cela s’avérait inefficace : les bars clandestins se sont multipliés, et les bières de mauvaise qualité sont apparues augmentant ainsi ses néfastes répercutions.

Finalement, cette loi de prohibition a échoué et a été annulée quelques années après sa promulgation.

Dans la période pré- islamique, le vin a tellement passionné les Arabes, qu’ils décrivaient la bière par gloriole, et c’est pour cette raison que  le coran a emprunté un chemin assez particulier pour déraciner cette passion de leurs vies, il a traité ce problème selon une méthode progressive, précise et bien codifiée, en passant par plusieurs étapes, ainsi, Dieu  s’adresse aux croyants dans le coran, dans sourate « les femmes »:verset46 : « Ô les croyants! N'approchez pas de

la Salât

alors que vous êtes ivres jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites » (Les Femmes, verset 43).

C'est-à-dire que les croyants musulmans ne doivent pas pratiquer la prière en état d’ivresse, ils doivent attendre l’état de sobriété et de lucidité pour ce faire, puis vient le verset 90-91 de sourate « 

La Table Servie

  », qui interdit expressément  l’alcool : « Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. »

On se trouve, ainsi, devant le miracle éternel de l’islam : la prohibition progressive de l’alcool(1), et le traitement échelonné de la toxicomanie, et c’est cette méthode qu’adoptent  les associations les plus modernes spécialisées dans le traitement des toxicomanies.

La méthode islamique pour vaincre le problème de l’alcool :

Grâce à ses législations, l’islam a pu conduire l’humanité au bonheur dans la vie d’ici- bas  et dans celle de l’au-delà, en empruntant des procédures particulières pour lutter contre la propagation de l’alcool dans ses sociétés, parmi lesquelles on peut citer :

  1-Les décisions législatives sont liées aux intérêts pour lesquels elles sont élaborées, et leur exécution est  fortement liée à la foi et au sort de l’Homme pour éviter  de  commettre les péchés, que ce soit à cause de l’alcool ou tout autre.

  2-Il est interdit de se mettre à une table où l’alcool est consommé, car le législateur considère  qu’il y  a une sorte de participation au péché.

  3-Le commerce et la production de l’alcool sont  formellement interdits, le prophète Mohammed, que prière et paix soient sur lui, a dit : « Dieu a maudit l’alcool, son buveur, son serveur, son vendeur, son acheteur, son fabriquant, celui qui participe à sa fabrication, son transporteur, le destinataire et le consommateur de son prix ».

  4-L’interdiction de la publicité, de la mise en circulation et de la distribution de l’alcool, où le législateur interdit de se glorifier de l’alcool ou le décrire dans les poèmes

  5-L’avertissement et la mise en garde des dangers de l’alcool sur la société. Où le prophète Mohammed, que prière et paix soient sur lui, a dit : « L’alcool est le sommet des vices et le plus grand péchés, celui qui en bois pourrait coucher avec sa mère ou sa tante »,c'est-à-dire que le vin est la source des abominations et des fornications.

  6-Le législateur a imposé la punition de celui qui consomme cette substance, sans parler de  la punition eschatologique sévère.

La médication par  l’alcool :

Un des compagnons du prophète Mohammed, que prière et paix soient sur lui, l’a interrogé sur l’alcool, il lui a répondu :"L’alcool est un mal plutôt qu’un remède"  et c’est ce que a affirmé, après 14 siècles, les chercheurs anglais, comme : Dr. Johnson,  Dr. John Hill, et Dr. Henri Marts, qui ont confirmé que l’alcool(le vin) n’a guérit et ne guérit aucune maladie.

Mais, c’est quoi l’alcool et de quoi est -  il composé ? :

A une température adéquate, et en présence de la levure nécessaire à la fermentation, toutes les solutions sucrées peuvent se transformer en vin en produisant l’alcool et en dégageant le gaz carbonique sous forme de bulles pendant cette opération de fermentation.

Le constituant essentiel du vin est l’alcool éthylique ou l’éthanol, c’est une matière toxique responsable de la majorité des dangers du vin, sa quantité diffère selon le type de bière, autres constituants : le méthanol, plus toxique que l’éthanol, le Fuselole, toxique pour les neurones, des colorants, des aromes, gélatine qui peut provoquer des phénomènes de sensibilisation comme l’urticaire, l’asthme, la migraine, sans compter le plomb, le soufre, le goudron et autre qui entrent dans sa fabrication par duplicité.

Est-ce que le vin (l’alcool) est un aliment ? :

  Il est maintenant admis, sans doute, que l’alcool ne contient aucune valeur nutritive.

Une alimentation bien équilibrée, doit contenir des protéines pour l’anabolisme cellulaire, des glucides et des lipides pour fournir l’énergie et des vitamines nécessaires à l’activité et au bien être de l’organisme, mais, le vin ne contient aucun de ces éléments, et l’obésité observée chez  les alcooliques ne témoigne pas de la bonne santé mais reflète le déséquilibre dans les échanges alimentaires dû à l’abus d’alcool.

Si

1 gramme

d’alcool fournit 7 calories, le corps ne profite pas de l’énergie calorique produite par le métabolisme de l’alcool et ne peut pas la transformer en une énergie utile, comme le confirme l’étude du professeur L.M.Bokhariski qui a montré que la température du corps n’augmente pas si on lui fournit des calories produites par le métabolisme de l’alcool, mais au contraire : l’alcool dilate les vaisseaux sanguins superficiels et augmente la perte calorique beaucoup plus que l’individu n’en reçoit par  la combustion de l’alcool.

Quand il fait froid, les vaisseaux superficiels se rétractent chez le sujet normal pour conserver la température interne, par contre, chez un homme ivre, les vaisseaux restent soumis à l’action dilatatrice de l’alcool, il perd ainsi sa température interne, ses membres deviennent gelés et il peut même mourir s’il est exposé longtemps à un climat froid.

Sachant que le vin ne contient aucune matière alimentaire ni les vitamines organiques nécessaires, sa consommation prolongée entraîne une carence en substances organiques nécessaires comme le potassium, le magnésium, le zinc, le phosphore, le calcium entraînant ainsi l’apparition des syndromes et des maladies : l’insuffisance en potassium entraîne une paralysie musculaire et une abolition des réflexes, une carence en calcium entraîne une fatigue généralisée et un tétanos, l’insuffisance en magnésium provoque des perturbations nerveuses et un dysfonctionnement cardiaque et la carence en zinc entraîne un dysfonctionnement des testicules, une anorexie et des perturbations immunitaires et ainsi de suite, sans parler de l’hypoglycémie qui peut survenir à tout moment où l’abus d’alcool, en une soirée unique, est souvent responsable des perturbations et de la perte de conscience.(5)

Quelles sont les conséquences néfastes de l’alcool à petites doses ?

Selon l’auteur de l’ouvrage « l’alcoolisme »(10) :  « les grands chercheurs estiment qu’il n’existe pas une certaine dose de vin qui puisse garantir et prévenir contre tout méfait,  et les perturbations corporelles entraînées par l’alcool, même en une prise unique,  peuvent être irréversibles chez certains gens.

Ainsi, le Dr. Hamdi  Al Khayatt (1) confirme l’impossibilité de déterminer la dose qui entraîne un danger à son consommateur, aussi il est impossible de fixer la dose au dessous de laquelle, le sujet est en sécurité, car cela varie d’un sujet à l’autre selon l’âge, le sexe, la race, le régime alimentaire, le style de vie…..

Tout cela nous démontre le miracle de l’islam dans la prohibition du vin même à petite gorgée, car le plaisir senti à petite dose pousse l’alcoolique à consommer et à consommer  d’avantage pour arriver à  cette satisfaction, ce qui entraîne l’émergence des toxicomanes dans la société.

Les effets toxiques :

Pendant la phase de production du vin, le fabricant peut respirer les gaz dégagés entraînant ainsi une inflammation des bronches, du poumon, l’atteinte de la muqueuse nasale ce qui démunie l’olfaction.

Il existe une relation proportionnelle entre le pouvoir toxique du vin et sa concentration dans le sang (10), même si l’ensemble des organes peuvent être touchés, l’atteinte nerveuse reste fondamentale, marquée par : la perte du cortex cérébral de son pouvoir analytique, la dépression des centres respiratoires pouvant aller même au décès.

Selon le même auteur de l’ouvrage « l’alcoolisme », l’alcool peut traverser le placenta, après son absorption sanguine et toucher l’ensemble des tissus fœtaux, mais il se dépose par prédilection dans les tissus lipidiques.

Plus les fonctions organiques sont complexes et spécifiés, plus l’atteinte de l’alcool est toxique, ce qui explique l’atteinte précoce du cerveau, du foie et des glandes endocrines.

Les effets digestifs :

La consommation de l’alcool provoque une inflammation et des fissures au niveau de la langue, des perturbations des papilles gustatives, une sécheresse linguale et même une hyper sialorrhée(1).

L’alcoolisme prolongé est responsable de l’apparition d’une leucoplasie, ce qui précède l’apparition du cancer de la langue comme le précise la revue «Medicin ».

L’alcool dilate les veines de la muqueuse œsophagienne (1) provoquant ainsi une ulcération et une hémorragie aigue, ainsi 90% des sujets atteints du cancer de l’œsophage sont des alcooliques.

Au niveau de l’estomac, la muqueuse devient congestive, la sécrétion en HCL et en pepsine augmente, ce qui prédispose à l’apparition des ulcères, des hémorragies, une atrophie chronique aboutissant à la survenue du cancer gastrique qui est rare chez le non alcoolique.

La biocénitique intestinale devient perturbée, facilitant l’apparition des inflammations intestinales chroniques et des diarrhées récidivantes et une difficulté de l’absorption digestive.

Les effets hépatiques :

La toxicité alcoolique est très sévère au niveau des hépatocytes. En France, plus de 22 milles personnes meurent annuellement par la cirrhose hépatique alcoolique :

  1-La stéatose hépatique : due à la combustion de l’alcool, le foie augmente de volume et devient douloureux, le professeur Brant ( Université de Cambridge) confirme que la prise quotidienne de 180g de vin est suffisante pour entraîner la stéatose hépatique, c’est un problème qui peut se résoudre si l’alcoolique a cessé d’être consommé.

  2-L’hépatite alcoolique : se manifeste par des douleurs abdominales, des vomissements, fièvre, fatigue et une hépatomégalie.

  3-La cirrhose hépatique : par destruction massive des hépatocytes, le volume du foie diminue et devient incapable de réaliser ses fonctions, le malade se plaint des douleurs au niveau de la région hépatique, une anorexie, un amaigrissement, des vomissements, une fatigue, cela peut être associé à une inflammation cérébrale alcoolique et à une hémorragie œsophagienne.

Les effets cardiaques :

L’alcoolique est souvent touché par des perturbations cardiaques mortelles :

  1-l’insuffisance cardiaque : le malade se plaint d’une dyspnée, une asthénie, une perturbation du rythme cardiaque, une hépatomégalie et des œdèmes des  membres inférieurs, cela peut aller même au décès si l’alcoolique ne cesse pas la consommation.

  2-l’hypertension artérielle.

  3-l’atteinte coronarienne : l’alcool est responsable de l’athérosclérose coronarienne qui se manifeste par des angors (douleur aigue au niveau de la poitrine)4-trouble du rythme cardiaque : le malade se plaint de palpitations et une tachycardie, même suite à une petite dose d’alcool, ces symptômes peuvent disparaître après l’arrêt de sa consommation.

Les effets nerveux :

Les neurones sont les cellules les plus sévèrement touchées, ces atteintes toxiques peuvent être réversibles ou irréversibles.

Ils se manifestent par une dépression des fonctions cérébrales supérieures, une méningite, des céphalées, même un coma profond.

Aussi, le système nerveux est exposé à l’atteinte par la « polynévrite alcoolique » due à l’incapacité des cellules d’absorber la vitamine B1, elle se traduit soit par une atteinte du nerf optique, ou le nerf facial, paralysie des muscles extenseurs, douleurs des membres inférieurs …

L’épilepsie tardive peut aussi survenir chez certains alcoolique, elle se traduit par des crises de perte de conscience, des crises toniques et cloniques aigues, aspect de vieillissement précoce à l’électro encéphalo gramme (e.e.g), une mort subite peut survenir par dépression des centres respiratoires à forte dose d’alcool.

L’alcoolisme prolongé peut être associé à des perturbations psychiques et nerveuses, comme :

  1-le délire : le malade est anxieux, souffre d’affreux hallucinations et cauchemars, ne peut pas connaître le temps ni le lieu, se plaint de troubles auditifs, il est même  sujet à des tentatives de suicide.

  2-le délire chronique : le malade se plaint des doutes et de la jalousie envers sa femme ou autre….

  3-perte de conscience et création des histoires et des événements non réels.

Les effets sur la fonction sexuelle :

Les médecins confirment(1) que l’alcool est responsable de la perturbation du comportement sexuel et du cycle menstruel chez la femme alcoolique, la ménopause survient précocement 10ans avant, avec atteinte des cellules ovariennes.

Chez l’homme, la fonction sexuelle diminue jusqu’à même l’impuissance sexuelle, cela se manifeste par une destruction des cellules germinales et une atrophie testiculaire.

Les effets immunitaires :

L’activité immunitaire démunie chez l’alcoolique, selon les recherches américaines (1) : la diminution de l’activité immunitaire est due à l’action directe de l’alcool : car il a été démontré que les globules blancs d’une quantité de sang qui contient 0,15g d’alcool/100ml ont une action de défense limitée et incapables de réaliser leurs  fonctions immunitaires.

En conclusion : l’alcoolique se retrouve dans un cercle vicieux : il ne  peut pas s’abstenir de consommer car son corps devient incapable d’être actif sans prendre de l’alcool  : il se crée ainsi une manie alcoolique.

Les législations islamiques restent les plus efficaces dans ce sens : elles protègent le musulman contre les maux et les maladies et l’aide à garder une parfaite santé :  un état de bien être physique et mental.

Référances:

1- Dr Ahmed Hassan Domayria " Regards médicaux sur des interdits islamiques" (livre en arabe)

2- Revue 'Lancet' N2 1987 'Dying for drinking'

3- Dr Hassan Chamsi Bacha " Extraits de la médecine prophétique" (livre en arabe)

4- Dr Nabil Taouil " le vin et l'alcoolisme" (livre en arabe)

5- Harrison.s Print of lnter .Medicin 1991New -

York

6- " Alcoholism and Substance Abuse Forrest"

7- Ahmed Hamdi Alkhayat " principes de la médecine préventive" (livre en arabe).

Et autres référances assez nombreuses.