Etude réalisée par Abdullah Jalghoum  

Il n’est pas surprenant que le classement dans le Coran soit considéré comme étant un miracle, l’étonnant plutôt serait qu’il ne le soit pas. Si le Coran avait été composé par Mohammed, paix et bénédiction de Dieu sur lui, et de la manière avec laquelle se l’imaginent les adversaires contemporains du Coran : Paroles et histoires que Mohammed a ramassées d’ici et delà et qu’il a ensuite étiqueté en révélation divine -comme ils le prétendent- le fait que le Coran de Mohammed ait abouti à 114 sourates n’est pour eux que pure coïncidence. Or, s’il nous apparaît que le nombre 114 est la base sur laquelle s’est fondé le classement du Coran et qu’il y a une utilisation stupéfiante de relations abstraites dans ce chiffre, cela signifierait alors que la détermination de ce nombre n’a pas été effectuée par Mohammed et que celui qui a déterminé ce nombre et en a fait la structure numérique stupéfiante et magnifique du Coran ne pouvait être qu’un connaisseur de ces relations et de leurs secrets et que personne ne possède cette connaissance sauf le Glorieux et le tout Puissant Dieu. 

Le nombre 114 est le nombre des sourates du Saint Coran  

La sagesse divine a voulu que le nombre de sourates dans le Saint Coran soit 114 sourates et non 113 ou 115 ou n’importe quel autre chiffre. 

Voyons ensemble quelques propriétés de ce chiffre :

w  Le nombre 114 divisible par 2 : (114¸2 = 57). Cette caractéristique permet de diviser les sourates du Coran en deux moitiés égales, chaque moitié ayant 57 sourates.

w  Le nombre 114 se compose de deux groupes de chiffres : 57 nombres paires (2, 4, 6, ……..114) et 57 nombres impaires (1, 3, 5, ……..113).

w  Le nombre 114 est divisible par 19; et le nombre 57, à son tour, est divisible par 19 : 114 = 19 x 6 , 57 = 19 x 3.

w  Le premier groupe des 57 nombres (la première moitié du Coran) se compose de : 29 nombres impairs + 28 nombres pairs. Le deuxième groupe des 57 nombres (deuxième moitié du Coran) se compose de : 28 nombres impairs + 29 nombres pairs.

w  La somme des numéros successives de 1 à 114 (les numéros de classement des sourates du Coran) est 6555 ; ce chiffre est divisible à la fois par 19 (19 x 345 = 6555)  et par 23 : (23 x 285 = 6555).

Ce sont les principales propriétés du nombre 114.

Le Coran est descendu réparti sur 23 ans, et il s’est terminé par le décès du Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui), et Sa Compilation a été réalisé dans l’époque de Otmane (RA) le 25 Hijri et il nous est parvenu sous la forme sur laquelle nous le connaissons

aujourd’hui : le nombre de ses sourates est 114 sourates et le nombre de ses versets est 6236 versets.

Les incrédules et les calomniateurs sur le Coran, dans notre époque, prétendent que Mohammed composait les versets selon les événements et les besoins des gens et qu’il  demeurait ainsi pendant 23 ans et quand il décéda, ses compagnons ont procédé à l’assemblement de ses paroles dispersées ici et là et ils en ont  formé ce qui a été connu après, chez les musulmans, par le Coran.

Les chiffres Coraniques se sont chargés de donner des réponses décisives :

Le nombre 114  

Les 114 sourates du Saint Coran sont venues en deux groupes distincts :

w  29 sourates débutantes par des caractères alphabétiques découpées : “Alif” (A) “Lam” (L) “Mim” (M) ; “Ha” (H) “Mim” (M) ; “Qâf” (Q) ; “Nûn” (N)………….

w  85 sourates ne commençant pas par ces caractères.

Où est donc le secret ici ?

Si on regarde bien le nombre 29, on voit qu’il contient :

w  Une indication au nombre 85 sous la forme suivante : 2² + 9² = 85 (4 + 81) ;

w  Une indication au nombre 319 sous la forme suivante : 29 x (2+9) = 319 .

(le nombre 319 est le lien entre la somme des numéros de classement des sourates du Saint Coran et le nombre de ses versets : 6236= 6555 – 319   et c’est l’image de l’équation :            3 x 19 = 57 : si on élimine le signe de multiplication, on aperçoit le nombre 319 (on verra dans les sections suivantes ce qui confirmera cette vérité).

On comprend de ce qu’on vient de voir que le nombre 29 est un nombre qui a été perfectionné et préétabli ; et lors de son choix, on a veillé à préserver les propriétés du nombre 114. En fait, le nombre des chiffres impairs dans le groupe (1 - 57) est 29 nombres ; et le nombre des chiffres pairs dans le groupe (58 – 114) est 29 nombres.

Aucun nombre ne contient deux indications aux nombres 85 et 319 sauf le nombre 29.

Une indication confirmée  

Cette analyse confirme ce qu’on a remarqué dans le nombre de versets du Saint Coran. En fait, le nombre de versets du Coran, de la façon sous laquelle il est présenté, est 6236 versets. Dans ce nombre précis, on remarque une indication cachée aux deux nombres 29 et 85 de la façon suivante : 

L’indication au nombre 85, on la remarque dans :

6² + 2² + 3² + 6² = 36 + 4+9+ 36 = 85

Ceci signifie que la provenance des sourates du Coran des deux groupes 29 et 85 et d’un nombre précis de versets : 6236 versets, a été effectuée suite à une estimation et une étude divine, et la coïncidence ne peut en aucun cas être l’explication convenable pour de pareilles vérités, comme on ne peut pas attribuer cet ordre à Mohammed paix et bénédiction de Dieu sur lui.

Nous nous trouvons donc face à un calcul divin, n’est ce pas ce que nous observons ici ?

Une indication du nombre des sourates dans le Coran  

Nous remarquons une indication cachée dans le nombre 6236 qui représente le nombre des sourates du Coran, cette indication se présente de la manière suivante :

(6 + 23) + (3+2) x (23 – 16) = 29 + (5 x 17) = 114,  qui est le nombre des sourates du Coran.

(Remarquons ici que le nombre des sourates du Coran qui ne commencent pas par des caractères alphabétiques découpés est 85 sourates ; ce nombre est le résultat du produit de 5 par 17 ; que le nombre des prières est 5 et le nombre des génuflexions exigées sur chaque musulman, chaque jour et nuit, est 17).

La relation mathématique entre les nombres 29, 85 et 6236 est claire et il n’y a aucun lieu à la nier. Cette relation n’a pas été connue auparavant.

Qui a décidé de ces nombres ? Existe-t-il quelqu’un d’autre que Dieu ?

Une indication du nombre 29  

On remarque une indication cachée dans les deux équations 19 x 6 = 114 et 19 x 3 = 57, du nombre 29, et elle se présente comme suit : 

(19 – 6) + ( 19 – 3) = 29

(Ces deux équations sont le sujet d’un ouvrage de ce chercheur et qui apparaîtra bientôt).

Une indication cachée dans le nombre 114  

Voyons ensemble une indication Du nombre 29 cachée dans le nombre 114 : 

(4 x 11) – (14 + 1) = 44 – 15 = 29

Et celle-là, ne signifie-t-elle rien ? Ou plutôt nous sommes au sein d’un classement divin parfait ?

Le secret du chiffre 29  

Si on retourne au nombre 114, il est facile de voir qu’il se compose de :

57 nombres pairs + 57 nombres impaires. Si on observe les nombres de 1 – 57 (la moitié du nombre 114), on remarque qu’ils se composent de : 29 nombres impairs + 28 nombres pairs. 

Maintenant, si on observe les nombres de 58 – 114 (la deuxième moitié), on remarque qu’ils se composent de : 28 nombres impairs + 29 nombres paires.

Ceci signifie que le nombre 29 est entièrement lié au nombre 114 (nombre des sourates dans le Saint Coran) et que l’arrivée d’un ensemble de sourates du Coran déterminé par 29 sourates n’est pas sans raison, Dieu a voulu par l’utilisation de ce nombre qu’il soit une preuve concrète de la provenance du Coran et du miracle de son classement.

Une lecture dans le chiffre 6236  

Si on regarde bien le nombre 6236, on lie alors l’expression : la réception du coran a été répartie sur une période de 23 ans ? Comment ? 

-   La réception du Coran : on la remarque dans le chiffre 6. Le chiffre 6, en fait, fait allusion au Coran de la façon suivante : (114 : 6 = 1 + 1 + 4).

-   réparti : on la remarque dans les deux chiffres 6 et 6 au début et à la fin du nombre 6236. En fait, la somme de ces deux chiffres est 12 c’est à dire qu’elle cache une indication à l’année, et la signification du mot réparti se lie en observant les deux chiffres 6 et 6 = 12.

-   sur une période de 23 ans : le nombre 23 se remarque dans les deux chiffres au milieu du nombre 6236.

Nous nous trouvons donc face à une parfaite rencontre entre le langage des mots et celui des chiffres.

Le nombre 78  

Nous avons dit que le nombre 29 est le nombre des sourates commençant par des caractères alphabétiques découpés, si on compte le nombre de ces caractères, on trouve qu’il est égal à 78 caractères. 

Où est le secret ici ?

Quand on procède à un comptage du nombre des versets dans les 29 sourates, on trouverait qu’il serait égal à 2743 versets ; et après réflexion, on découvre dans ce nombre une indication cachée du nombre 78, comment ?

La fameuse indication se présente comme suit :

2² + 7² + 4² + 3² = 4 + 49 + 16 + 9 = 78

Il est bien clair que la somme des nombres de versets cache une indication à la somme des caractères dans les 29 sourates, chacune est une preuve de la validité de l’autre.

Est-ce possible qu’un tel ordre pourrait venir, comme ils le prétendent les incrédules sur le Coran, de la composition de Mohammed paix et bénédiction de Dieu sur lui ? Est-il possible qu’avec toutes ces relations que quelqu’un puisse prétendre que le Coran a subit un ajout ou une suppression ? Le fait d’ajouter ou de supprimer un verset va entraîner la disparition de ces relations parfaites qui parlent du miracle du Coran et qui indiquent sa provenance. Son arrivée à nous sous cette forme est une preuve irréfutable sur la protection du Coran de n’importe quel type de changement.

Une indication irréfutable 

On remarque une indication au nombre 78, la somme des caractères au début des 29 sourates, dans l’équation de classement : (19 x 3) = 57, et qui se présente sous la forme suivante : (9 – 3) x ( 10 + 3)= 78

L’équation 6 x 9  

Nous avons vu que parmi les propriétés du nombre 114 est qu’il est égale à   6 x 9 . 

Où est le secret ici ?

Après avoir effectué les statistiques nécessaires sur les nombres de versets dans les sourates du Coran, nous avons découvert que :

w  Le nombre des sourates ayant un nombre impaire de versets est 54 sourates, et ce nombre est le résultat de la multiplication du nombre impaire 9 par 6 (19 x 6).

w  Le nombre des sourates ayant un nombre paire de versets est 60 sourates, et ce nombre est le résultat de la multiplication du nombre 10 par 6 (16),  ((9 + 10 ) x 6 ) .

Ceci signifie que la détermination du nombre de versets dans le Coran a été établie selon l’équation 6 x19, et celle-ci est l’une des propriétés du nombre 114, et il est impossible d’attribuer ceci au Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, avec ce qu’on sait sur la manière avec laquelle le Saint Coran a été reçu.

Cette justesse ne peut être établie que par celui qui possède la connaissance totale et absolue sur ce que serait le Coran lorsque sa réception aura été achevée; c’est le tout Puissant et Glorieux Dieu.

L’équation   19 x 3  

On a vu que le nombre 57 (la première moitié du Coran) est égale à : 19 x 3

Où est le secret ici ?

Après avoir effectué les statistiques nécessaires, on découvre que :

w     Le nombre des sourates du Coran ayant un nombre impair de versets avec des numéros de classement impairs, ainsi que les sourates ayant un nombre impair de versets avec des numéros de classement pairs est égale à 27 sourates. Ce nombre est le résultat de la multiplication du numéro impaire 9 par 3 (19 x 3).

w     Le nombre des sourates ayant un nombre pair de versets avec des numéros de classement pairs, ainsi que les sourates ayant un nombre pair de versets avec des numéros impairs de classement est égal à 30 sourates. Ce nombre est le résultat de la multiplication du nombre paire 10 par 3 (19 x 3).

On comprend de ce qu’on vient de voir que le Coran a veillé, dans la détermination des versets d’une sourate, à ce qu’ils respectent l’équation : 3 x 19.

Il est clair ici que la détermination du nombre de versets des sourates du Coran a été effectuée selon ces deux équations qui sont parmi les propriétés du nombre 114. Donc, chaque nombre a été calculé et établi de façon à ce qu’il réaffirme les relations abstraites du nombre 114. Cette vérité est présente avant que la réception du Coran par le Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui.

Le fait d’attribuer la composition du Coran au Prophète signifie qu’il possédait la capacité  de créer un tel ordre pour le nombre de versets des sourates du Coran avant qu’il ait reçu, et c’est ce que personne n’a prétendu.

Le nombre 23  

Le nombre 23 représente la période de prophétie et de vocation (la durée de révélation du Coran). 

On remarque des indications du nombre 23 dans ce qui suit :

w  La somme des numéros successives de 1 à 114 est égale à 6555 et ce nombre est égale à :

23 x 285,  c’est à dire qu’elle cache une indication au nombre 23.

w  La somme des nombres de versets du Coran est 6236 versets ; on remarque que ce nombre contient le nombre 23. On a veillé à ce que ces deux nombres cachent une indication à la période de prophétie.

Est-ce que le Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, savait que la période de révélation va durer 23 ans, et c’est pour cela qu’il a laissé une indication qui la révèle ??

On remarque aussi une indication au nombre 23 dans deux versets spéciaux du Coran :

1-   Dans le verset de Basmala “Au Nom de Dieu le Très Clément et le Très Miséricordieux” ((بسم الله الرحمن الرحيم, le verset se présente de façon à ce que la somme de ses 19 caractères plus ces 4 mots indiquent le nombre 23 (19 + 4).

2-   Dans le verset 30 de sourate Al Muddathir qui cite le nombre 19 “elle est gardée par dix neuf” (عليها تسعة عشر), l’indication du nombre 23 se présente comme suit :

عشر 

تسعة 

عليها 

Nombre des caractères du verset

3

4

5

  3 + ( 4 x 5) = 23

L’équation   3 x 19  

Nous avons vu que le nombre 57 = 3 x 19  où est le secret ici ? 

Nous avons vu que le nombre 57 = 3 x 19 où est le secret ici ?

On peut remarquer le nombre 319 dans cette équation si on enlève le signe de multiplication.

Où est le secret ici ?

La somme des numéros successifs dans le nombre 114 (1 + 2 +3 + L + 114)  est égale à 6555. On remarque que si on soustrait la valeur 319 de ce nombre, le résultat devient 6236 qui n’est autre que le nombre de versets du Coran (6555 – 319 = 6236).

On comprend alors que la détermination du nombre de versets dans le Saint Coran a été établie selon cette relation.

La confirmation de la relation

Nous avons découvert dans le classement des sourates du Saint Coran et de ses versets ce qui confirme cette relation et enlève toute ambiguïté sur elle. 

On trouve que la somme des nombres de versets dans les 57 premières sourates dans le classement du Coran est 5104 ; ce nombre exact est égal à : 319 x (19 – 3 ) 

Le nombre 39  

Le nombre 39 se remarque dans le nombre 319. Observons le premier et le dernier chiffres de ce nombre 319. 

Où est le secret ici ?

Après avoir effectué les statistiques nécessaires, nous avons découvert que le nombre 39, observé dans les chiffres de l’équation, est le seuil entre les longues et les courtes sourates coraniques.

Ainsi, on pourra donner une définition  de la longue sourate comme étant celle dont le nombre de versets dépasse 39 versets et plus exactement 40 à 286 versets ; et les courtes sourates comme étant celles dont le nombre de versets

est  inférieur à 39 versets et plus

exactement 3 à 38 versets.

Tout ceci a été réalisé selon un ordre précis extrêmement perfectionné.

On comprend de ceci que le Coran a veillé à tenir compte de cette relation aussi pour la détermination du nombre de versets dans chaque sourate.

Est ce un calcul effectué par un humain ou plutôt c’est un calcul du Seigneur de l’univers ??

Ce que nous venons de dévoiler ici n’était pas encore connu auparavant.

Le nombre 333667

Çà représente quoi ce chiffre ? et qu’est ce qu’il cache comme secret coranique ? 

On a vu que le nombre de versets du Coran est 6236 versets. Si on effectue une sommation des numéros de tous les versets du Coran, le résultat serait égal à 333667. En observant ce chiffre, on découvre une nouvelle vérité coranique extraordinaire qui confirme l’importance du nombre 319 et son rôle dans le classement du Coran.

Le résultat de la division du nombre 333667 par 6555 donne le nombre entier 50 avec un reste égal à 5917.

Quel secret coranique se cache ici ?

Le résultat de la soustraction du nombre 5917 de 6236 (le nombre de versets du Saint Coran) donne le nombre 319 ; et Gloire à notre Puissant Dieu.

On est entrain de découvrir un miracle coranique extraordinaire dans le classement du Coran.

La différence entre les deux nombres 6555 et 6236 est 319 ; et la différence entre les deux nombres 6236 et 5917 est aussi 319.

Dieu a entouré son livre sacré de lois et de règlements qui le protègent de tout type d’interventions, et ce qu’on vient de découvrir ici est l’une des règles de protection qui garde le Coran et le préserve. Cette règle se perturberait si n’importe quel changement, substitution, ajout ou suppression sont effectués sur l’une des sourates du Saint Coran.

Une indication au nombre des sourates du Coran dans le nombre 333667  

Observons une indication coranique du nombre des sourates du Coran dissimulée dans le nombre  333667 : 

Observons une indication coranique du nombre des sourates du Coran dissimulée dans le nombre333667 :

w  7 x 6 = 42 : résultat du produit du premier et deuxième chiffres ;

w  6 x 6 = 36 : résultat du produit du deuxième et troisième chiffres ;

w  6 x 3 = 18 : résultat du produit du troisième et quatrième chiffres ;

w  3x 3 = 9 : résultat du produit du quatrième et cinquième chiffres ;

w  3 x «3 = 9 : résultat du produit du cinquième et sixième chiffres.

La somme est ainsi égale à 114 qui n’est autre que le nombre des sourates du Coran (42 + 36 + 18 + 9 + 9).

Aucun autre nombre ne pourrait remplacer le nombre 333667 ; c’est ce que nous révèlent les chiffres ici.

Le nombre 333667 est un nombre coranique qui n’a été établi qu’après une réflexion et sagesse divine.

Cette vérité ne représente-t-elle rien ?

Est ce que ces nombres sont venus sous cette forme sans aucun but ou raison ? Ou plutôt représentent-ils des preuves sur la vraie source du Coran et de son classement ? Jusqu’à quand on va rester prisonnier des opinions divergentes sur le nombre de versets du Coran, le classement de ses sourates et leur nombre de versets ?

Est ce qu’on va exclure tout ce classement parfait qu’on vient de découvrir juste parce que nos ancêtres se sont contredits sur le nombre de versets du Coran ?

Le nombre 57  

Nous avons dit que le nombre 114 est composé de deux groupes de nombres : 57 + 57 

Observons les deux opérations suivantes :

57 – 7 = 50           57 + 7 = 64

Qu’est ce que ces deux nombres 50 et 64 représentent-ils dans le classement du Coran ?

Devant vous une loi importante dans le classement du Coran à laquelle obéit tous les nombres de versets dans les sourates du Coran et que nous avons appelé : “l’ordre numérique dans le Coran”.

Les deux nombres 50 et 64 représentent les nombres que le Coran a utilisés parmi une série de nombres (1 - 114) pour caractériser le nombre de versets dans une sourate du Coran.

Le Coran a utilisé, parmi les nombres de la série 1 - 114 : 64 nombres et a laissé 50 nombres, une statistique coranique claire et facile à vérifier si on procède à sa vérification sur le Coran.

Il est impossible d’attribuer le classement du Coran aux compagnons de Mohammed

(RA)……..et à leurs efforts personnels sans parler ou tenir compte de la “vaillance divine”, comme le prétendent certains et insistent dessus. Comme il est impossible que le nombre des sourates du Coran soit 113 sourates. 

Mot de la fin  

Peut être qu’il est clair que les nombres : 

w  114 est le nombre des sourates du Coran et 6236 le nombre de versets du Coran ;

w  29 le nombre des sourates commençant par des caractères alphabétiques découpés ;

w  85 le nombre des sourates dont le début ne commence pas par de tels caractères ;

w  2743 la somme des nombres de versets dans les 29 sourates ;

w  5104 la somme des nombres de versets dans la première moitié du Coran ;

w  78 la somme des caractères alphabétiques découpés qui ont été citées au début des 29 sourates ;

w  319 l’équation du classement du Coran ;

w  333667 la somme des numéros des versets du Coran ;

w  6555 la somme des nombres du classement des sourates du Coran ;

w  64 la somme des nombres que le Coran a utilisé pour caractériser le nombre des versets dans une sourate ;

w  50 la somme des nombres que le Coran n’a pas utilisés ;

w  23 la durée de révélation du Coran.

et autres.……..

Ce sont des chiffres coraniques et ils ont acquis cette qualité suite à leur utilisation par le Coran dans sa structure mathématique. Ces chiffres sont liés les uns aux autres par des relations mathématiques extrêmement précises et perfectionnées qui ne permettent pas à d’autres nombres de remplacer ou de substituer ces chiffres.

Qui peut encore croire que Mohammed composait les versets du Coran selon les besoins des gens et qu’il demeurait ainsi pendant une période de 23 ans - comme le prétendent les adversaires du Coran – pour qu’on découvre de nos jours que ces versets dispersés obéissent dans leurs classements à un ordre extrêmement précis et pointu ? Un ordre qui n’a pas pu être établi par un humain et qui est impossible de reproduire même dans notre époque actuelle.

Est ce que ces versets dispersés se sont ainsi rassemblés d’eux même  pour donner un ordre si exceptionnel et si particulier ? Est-il possible qu’une telle chose soit le fruit d’une

pure coïncidence ?

Je ne pense pas que ceux qui doutent du  Coran puissent prétendre que Mohammed est le créateur de cet ordre, eux qui disent que Mohammed composait les versets et les citait sans le moindre ordre ? Qui les a classés donc ? 

A la fin de cette étude  

On espère que les scientifiques musulmans feront attention, avant les autres, que le miracle du Coran dans son classement n’est pas moins important que ses autres faces de miracles, et qu’il soit temps de revoir les opinions concernant ce point et d’exploiter le classement du Coran - le miracle de ce siècle – pour servir le Coran. 

La génération d’aujourd’hui a le droit de savoir quelque chose sur la vérité du classement du Coran loin de tout conflit entre les opinions et leurs différences ; et ils ont droit qu’on les munisse de connaissances qui les aideront à servir le Coran et l’Islam dans cette époque où les adversaires du Coran ont empiété sur le Coran et ont osé placé dans le marché ce qu’ils ont appelé “Forkane” (le substituent du Coran). Peut être que les étudiants des disciplines religieuses sont les mieux placés pour s’intéresser à ce domaine et c’est dans  notre pouvoir de leur offrir l’occasion de comparer entre ce qui est patrimoine et ce qui est contemporain en ce qui concerne le classement du Coran et leur fournir tout ce qui est nouveau et utile et qui peut les aider à faire contreverser la balance en leur faveur.

L’explication adéquate de ces explications est la parole de notre Grand Dieu :

Bientôt nous montrerons à ces dénégateurs, nos preuves qui témoignent de ta sincérité, et qui se trouvent dans les cieux et dans la terre, ainsi qu’en eux même, afin qu’ils puissent voir que ce que tu leur apportais était la pure vérité. Ont-ils renié que nous leur     avons montré les signes ? Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit parfaitement au courant de toute chose ?

Traduit par: M. Tahri