Moïse n’était pas le seul prophète ayant vécu sur les terres d’Égypte dans l’histoire antique. Le prophète Joseph y vécut avant lui. Nous constatons un certain parallèle en lisant les histoires de Moïse et de Joseph. En s’adressant au gouverneur égyptien à l’époque de Joseph, le mot “malik” est employé dans le Coran:
( Et le roi (malik) dit: “Amenez-le moi: je me le réserve pour moi-même’’. Et lorsqu’il lui eut parlé, il dit: “Tu es dès aujourd’hui prés de nous, en une position d’autorité et de confiance’’.) (Sourate Yusuf, 54)

Au contraire, le gouverneur à l’époque de Moïse est référé en tant que “pharaon”:
( Et certes, Nous donnâmes à Moïse neuf miracles évidents. Demande donc aux Enfants d’Israël, lorsqu’il leur vint et que Pharaon lui dit: “Ô Moïse, je pense que tu es ensorcelé’’.) (Sourate al-Isra, 101)

Les chroniques historiques qui sont disponibles aujourd’hui montrent la raison pour la différente nomenclature de ces gouverneurs. Le mot “pharaon” était à l’origine le nom donné au palais royal dans l’Égypte antique. Les gouverneurs de l’ancienne dynastie n’utilisaient pas ce titre. L’usage du mot pharaon comme titre du gouverneur n’a commencé qu’avec l’époque du Nouveau Royaume. Cette période commence avec la 18ème dynastie (1532-1292 avant JC) et le mot pharaon fut adopté comme titre de respect à partir de la 20ème dynastie (945-730 avant JC).

La nature miraculeuse du Coran est encore une fois manifeste: Joseph a vécu à l’époque de l’Ancien Royaume et donc le mot “malik” était utilisé pour le gouverneur égyptien plutôt que le “pharaon”. En revanche, comme Moïse a vécu au temps du Nouveau Royaume, le gouverneur de l’Égypte est appelé “pharaon”.

Il ne fait aucun doute que l’on doit connaître l’histoire de l’Égypte afin de pouvoir faire une telle distinction. Cependant, l’histoire de l’Égypte antique était complètement oubliée à partir du 4ème siècle car les hiéroglyphes ne pouvaient plus être déchiffrés et elle n’a été redécouverte qu’au 19ème siècle. C’est pourquoi, il n’y avait pas de connaissance approfondie sur l’histoire égyptienne quand le Coran fut révélé.